AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

[Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Donuts
avatar

Inscription : 07/07/2013
Messages : 94
Occupation : Journaliste
Âge : 24 ans
Crédit(s) : dreams
Avatar : Skylar Astin
PLUS ?

Fiche
Quartier: Center
Relations:

MessageSujet: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Mer 28 Aoû - 18:38





Tel est prit, qui croyait prendre… Sans mauvais jeu de mot !
A ma montre, Minuit. Parfait, ni trop tôt, ni trop tard. Mon arrivée ne semblera pas suspecte et on ne me jetterait pas dehors comme ça. Réajustant mes lunettes de vue je sortis enfin de ma voiture et claqua la portière sans ménagement. Direction, Le Rooth ! Non pas que je me décide enfin à sortir et voir du monde. Oh que non, jamais de la vie. Encore une fois, j’étais en mission ! Aaron Sanders n’était pas le seul Loup dans la Bergerie, il y avait aussi John Lewis, son bras droit. A eux deux, ils faisaient une belle paire d’escroc et j’étais bien décidé à les faire plonger tous les deux. Et il n’y avait pas meilleur endroit pour récolter des infos sur John Lewis que le Rooth, son bar, son bébé. On savait tous que l’adjoint au shérif adorait son bar, et même qu’il jouait les Barman de temps en temps. Avec un peu de chance, il serait là ce soir. Avec beaucoup de chance, il ne me reconnaitrait pas. Certes j’avais changé mes habitudes en portant mes lunettes et en changeant légèrement ma tenue, un t-shirt blanc avec un gilet rouge, un jean et des baskets rouge aussi, à la place de mes chemises, cravate et veste, mais cela n’allait quand même pas me transformer en personne totalement différente ! Je misais essentiellement sur le fait que le Rooth était un bar boite de nuit, et qu’il ferait sombre et que du coup, on ne me verra pas assez. J’avais été plutôt chanceux pour le moment donc bon… espérons que ça continue.
C’est donc ainsi vêtu, et très motivé, que je passais la porte du Rooth. Rapidement, le boomboom des basses me prirent les oreilles et je fus prit d’une étrange sensation. Un peu comme mal à l’aise… D’un côté, je n’étais pas réellement habitué à ce genre de lieu. Les boîtes, je les évitais. Trop bruyantes, trop pleines, trop sombres. Et le Rooth n’échappait pas à la règle. Pour un terrain de Little West, la salle était étonnement remplit. On racontait que beaucoup de personnes de la grande ville venaient ici pour se défouler… Il semblerait que ce soit vrai. Poussant un soupir, je m’avançai au bar histoire de voir si John n’était pas là. Pour cela, je dû jouer des coudes et me frayer un chemin parmi les clients qui se déhanchaient déjà sur la piste de danse. Je réussi tout de même à arriver intacte au comptoir et me retrouva nez à nez avec une blondasse en guise de serveuse. Un rapide coup d’œil à gauche et à droite. Pas de John. Aussi, je demandai, tout en hurlant par-dessus la musique bien sûr : « Le patron n’est pas là ? Lewis ! » La blondasse secoua la tête en signe de négation et m’a demandé, sur un ton las, ce que je prenais. « Mettez-moi une tequila ! » la blondasse partit. Le temps qu’elle me serve ma boisson je fis un tour sur moi-même histoire de scanner la salle. Je ne connaissais personne, du moins pas de loin. Même dans le carré VIP… totalement inconnu. Mon regard revint donc en direction du bar au moment où ma serveuse m’apportait mon verre en me hurlant le prix. Eh beh… Le Rooth et les Silvers étaient vraiment deux lieux différents. Jamais Skye ne m’aurait parlée comme ça. Prenant mon verre et cherchant de l’argent dans mon pantalon je remarquai un jeune homme qui arrivait dans ma direction, il s’appuya au bar et aussitôt ce fit tilte dans ma tête. Je le connaissais. D’où ? Impossible de m’en rappeler… C’est alors qu’enfin « Eh ! » Je lui tapotai l’épaule. « Eh ! Theodore c’est ça ? T’es pas un peu jeune pour être ici ? » Theodore je le connaissais pour l’avoir déjà vu au lycée. J’avais fait plusieurs interventions là-bas pour parler de mon métier et je l’avais repéré parce qu’il ressemblait beaucoup à son père. Qu’est ce qu’il pouvait bien foutre là ? Et pourquoi Blondasse semblait elle aussi contente de le voir. Elle avait l’air de le connaitre en plus. Je n’étais pas du genre à trop me soucier du sort des autres mais le voir ici m’intriguait pas mal. Aussi j’en oubliai totalement de payer blondasse qui finit par me tirer par la manche pour me réclamer son dû. « Ouais c’est bon ! » lui hurlais-je en continuant de fouiller dans mes poches. Quelques secondes plus tard, je sortit un billet de 20 dollar, tout froissé, que je lui tendis avec un large sourire.
766 mots

Code RomieFeather

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Religieuse
avatar

Inscription : 22/08/2013
Messages : 81
Occupation : Gigolo
Âge : 18 ans
Crédit(s) : dreamy
Avatar : Penn
PLUS ?

Fiche
Quartier: River Valey
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Jeu 29 Aoû - 0:41


- let go yourself -
Des fois tu crois que c'est pas là. Des fois tu penses que ce n'est pas ce que tu veux. Des fois tu penses que t'as le choix. Regardes moi. Tu crois que c'est un choix ? Eh bah oui. Parce que moi, je sais ce que je vaux et surtout... Je sais ce que je veux. - 1068

La soirée c'était commencée en douceur. Nick avait laissé de l'argent sur le comptoir de la cuisine pour que sa soeur commande à manger, puis il était sortit. Tout en sifflotant, il se dirigea vers sa voiture. Il jeta un regard aux allentours, personnes, et s'arrêta devant la portière. C'est alors qu'il croisa son reflet. Il avait une mine affreuse. Ses yeux étaient bercés par des légères cernes et il avait les joues qui se creusaient petit à petit. Comme si il n'avait plus mangé depuis des semaines. Ce qui, en y réfléchissant, n'était pas totalement faux. Depuis quelques jours, il avait augmenté ses sorties. A peine rentré du lycée il se préparait, rangeait un peu la maison, veillait à ce que sa soeur soit bien là et puis il filait. Direction le Rooth et son boulot. C'était un rythme assez difficile mais il ne s'en rendait pas forcément compte avant maintenant... Peut être qu'il devrait freiner un peu. Il avait assez d'argent pour finir la semaine alors pourquoi ne pas mettre une petite pause et reprendre la semaine prochaine. Pendant un instant, la main en suspend à deux centimètres de la poignée, Nick hésita. Et puis. Au final, il pouvait bien y aller une nuit de plus et voir ce que l'avenir lui réservait. Peut être même qu'avec l'argent de ce soir il offrirait un cadeau à sa soeur et une soirée avec Maxime... Peut être... Sûr pour le premier, beaucoup moins pour le deuxième. Il aimait Maxime, vraiment. Et il adorait passer des soirées avec lui, plus que tout. Mais il ne pouvait définitivement pas mêler l'argent qui gagnait avec ses activités nocturnes et Maxime. C'était simplement impossible. Il devrait donc attendre de trouver un truc à faire sans que ce soit dégradant ou qu'il soit obligé de se déshabiller. Fronçant les sourcils, il fini par avancer sa main et ouvrir la portière. Ce n'était pas le moment de penser à ce genre de trucs. N'attendant pas plus longtemps, Nick démarra la voiture et sortit de l'allée de garage. Quelques minutes plus tard, il filait, à allure normal, sur les routes reliants River Valley au Quartier Ouest. Sur le chemin, il lança un CD de musique electro dans l'idée de se mettre dans le bain. Ce genre de musiques aux basses ultra-présentent l'empêchait totalement de réfléchir. Une chance que le Rooth ne passe que ce genre de musiques le soir. Ainsi, il pouvait se laisser aller et se vider totalement la tête avant de se mettre au "boulot".

Une fois arrivé, il se gara dans un coin et sortit de la voiture. Déjà il pouvait capter les BOOM BOOM qui sortait de la boite et un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Il était temps pour lui de prendre du service. D'entrer dans la cage aux lions et de trouver des proies à chasser. La plupart de ses clients, aujourd'hui, étaient des habitués. Que ce soit des gens de la grande ville d'à côté, venant dépenser leurs salaires loin de leur vie active, ou les quelques personnes aimant la luxure et le vice. Tous savaient pourquoi il était là et surtout ils savaient être discret. Après tout... Personne ne souhaite qu'on crie partout qu'ils se tapent un jeune de 18 ans, et encore moins que le paye pour ! « Aah le système People... Une vrai bénédiction. » Passant la main dans ses cheveux, pour se donner un petit air décoiffé, il avança d'un pas décidé vers le bar. Une fois à l'intérieur, la fumée, le bruit et l'ambiance, le transforma en une toute autre personne. Voilà qu'il était devenu l'homme de la nuit, le garçon qui vous chuchote des mots doux, et sucré, au creux de votre oreille. Celui qui vous laisse se coller contre lui, si toutefois vous lui glisser un billet ou deux. Un sourire charmeur aux lèvres, il se glissa alors entre les gens, sachant pertinemment qui il pourrait éventuellement aller voir ce soir ou qui il faudrait éviter. Mais avant de vraiment se lancer dans les affaires, Nick se dirigea vers le bar. Avant, il devait faire signe à la serveuse qu'il était là et que donc, il taperait dans le bar sans retenu. Un des avantages de bosser pour John Lewis ça. Arrivé au comptoir, il remarqua que c'était la blonde au service. Par contre... Impossible de se rappeler son nom. Qu'importe, ils ne s'entendaient qu'à moitié dans cette boite, et tant que elle, elle savait qui il était... Il n'y aurait pas de problème. Et d'ailleurs elle le salua et lui offrit un très large sourire en le voyant arriver. Tant mieux. C'est alors que Nick senti que quelqu'un lui tapait l'épaule. Been tiens... A peine arrivé et voilà qu'on me demande ! Pensant avoir à faire avec une cliente, il se tourna avec un large sourire aux lèvres. Sourire qui disparu rapidement quand il reconnu celui qu'il avait en face de lui. Ethan Meken. Le journaliste qui l'avait assommé, lui et les gens de sa classe, lors des journée "découvrez un métier". Et voilà qu'il l'appelait Theodore en plus... Plus personne ne l'avait appelé comme ça depuis au moins 8 ans ! Reprenant rapidement ses esprits, Nick lui offrit un large sourire et repoussa son billet froissé vers lui « Non non, laissez Ethan, c'est pour moi ! » Alors que la blonde m'apportait mon verre d'eau, je lui fis un signe pour lui indiquer que je le prenais avec moi. Elle m'offrit un clin d'oeil stupide avant de partir. Je ne savais pas ce que John lui avait dit sur moi mais... Bref. Elle se pensait surement dans une de ces séries débiles. Levant les yeux au ciel, Nick se reconcentra sur le journaliste « Ne vous inquiétez pas, je bosse juste ici, je met de l'ambiance dans la boite et je ne bois que de l'eau ! » Il leva son verre dans sa direction. Verre qui contenait effectivement un liquide translucide et sans alcool, communément appelé : eau. Le fait que Menken soit là embêtait légèrement Nick. Déjà il l'avait reconnu, mais en plus il lui parlait. Si les gens le voyaient discuter avec un journaliste il était foutu. Aussi, il lui fit un petit signe de tête et commença à esquisser un mouvement de départ « Passez une bonne soirée ! » hurla-t-il à l'intention d'Ethan en espérant qu'il ne me suive pas

_________________

- it's where my demons hide -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.


Dernière édition par T. Nickolas Rolland le Ven 30 Aoû - 15:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donuts
avatar

Inscription : 07/07/2013
Messages : 94
Occupation : Journaliste
Âge : 24 ans
Crédit(s) : dreams
Avatar : Skylar Astin
PLUS ?

Fiche
Quartier: Center
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Jeu 29 Aoû - 15:37





Tel est prit, qui croyait prendre… Sans mauvais jeu de mot !
Et là, surprise. Le jeune Theodore m’offrit ma boisson et la serveuse blondasse sembla s’adoucir tout à coup. Elle repartit le sourire aux lèvres vers ses autres clients. Moi j’étais un peu perplexe. Qui était réellement le gamin qui était devant moi ? Bon déjà, il m’avait reconnu, comme quoi mon déguisement n’était pas si élaboré que ça, mais ça je le savais. Mais il m’expliqua qu’il bossait ici et qu’il ne buvait que de l’eau. En fait, je m’en foutais qu’il soit là et qu’il boive éventuellement de l’alcool et même, j’en étais presque déçu de découvrir que ce n’était que de l’eau. Si jamais j’avais choppé un mineur en train de boire de l’alcool dans le bar de Sanders… Je l’aurais eu mon super papier ! Mais non… Il buvait de l’eau et il ne faisait que le chauffeur de salle. Ce qui n’était pas vraiment étonnant au final. Enfin je pense… Je n’y connais rien en boite de nuit mais ce doit être logique qu’un garçon de son âge, pas trop mal, plutôt à la mode, soit payé pour mettre l’ambiance ici. John savait vraiment y faire avec la clientèle. Très observateur, j’avais remarqué que certaines personnes avaient les yeux braqués sur le jeune Rolland. Il était vraiment le garçon de la boite. Mais au moins, il bossait pour John Lewis et donc, il devait surement avoir quelques infos à me donner là-dessus ! Pensif, je bu une petite gorgée de mon verre alors que je voyais Theodore s’enfoncer dans la foule. John n’était pas là ce soir, je ne pouvais donc pas observer ses faits et gestes. Mais peut être que le jeune Rolland était prêt à me glisser quelques infos si je le lui demandais. Sans hésiter plus longtemps je le suivis et le rattrapa. Heureusement pour moi, il avait traversé la piste de danse et je n’étais donc pas obligé de me coller à lui pour lui parler. Décidément… Je détestais vraiment ce genre d’endroit. « Eh Theodore ! Tu ne voudrais pas qu’on discute un peu ? » Bon certes, cette demande pourrait sembler bizarre… De quoi j’avais l’air moi ? Avec mon verre de Tequila, interpelant un jeune dans une boite sombre en lui demandant d’aller discuter avec lui. Je passais surement pour l’un de ces vieux pervers en manque qu’on voyait dans ces séries, aussi je rajoutais « Enfin genre euh… Entre potes quoi ! » bon, oui ce n’était pas forcément mieux pour le coup. Je n’avais jamais été très à l’aise pour parler avec les gens. Déjà au lycée on me trouvait très bizarre. J’avais toujours été plus en avance. Surtout au niveau du vocabulaire. Avec mon père qui aimait faire de belles grandes phrases d’écrivains… J’avais bien sûr choppé le truc. Et en grandissant ça ne s’était pas arrangé, surtout que les générations changeaient, les expressions passaient de mode toutes les secondes et moi, à presque 26 ans, j’étais déjà dépassé et presque considéré comme vieux. Tentant le tout pour le tout, je sortis mon billet de 20 froissé pour le mettre à sa hauteur d’yeux. « C’est la moindre des choses, tu m’as payé un verre, laisse-moi te rendre la monnaie. » Mais ce n’était peut-être pas assez. Avec les jeunes, car oui moi je suis vieux je rappelle, il faut être franc « J’aurais quelques questions à te poser sur ton chère patron, John Lewis, si ça te dérange pas… » Quitte ou double. Soit il m’envoyait chier et je n’avais plus qu’à vider mon verre et à rentrer chez moi. Soit il acceptait, il me balançait des trucs sur John Lewis et je pouvais rentrer victorieux et la tête haute. Je connais bien la réputation des Rolland en plus. Ils ont besoin de frics, tout le monde le sait ça, et donc le gosse n’allait pas cracher sur 20 dollars.
645 mots

Code RomieFeather

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Religieuse
avatar

Inscription : 22/08/2013
Messages : 81
Occupation : Gigolo
Âge : 18 ans
Crédit(s) : dreamy
Avatar : Penn
PLUS ?

Fiche
Quartier: River Valey
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Ven 30 Aoû - 18:49


- let go yourself -
Des fois tu crois que c'est pas là. Des fois tu penses que ce n'est pas ce que tu veux. Des fois tu penses que t'as le choix. Regardes moi. Tu crois que c'est un choix ? Eh bah oui. Parce que moi, je sais ce que je vaux et surtout... Je sais ce que je veux. - 928

Quand vous parlez du Rooth aux gens de Little Falls, vous avez des chances qu’ils vous répondent qu’ils ne souhaitent pas en parler ou qu’ils ne le voient que comme un bar mal famé. Mais si vous creuser bien, vous pouvez être sûr d’y trouver quelques pépites. Ce qu’il y a de bien au Rooth c’est que la discrétion est mère de tous. Un peu comme Las Vegas, ce qu’il se passe au Rooth, reste au Rooth. Ou encore le Fight Club, règle n°1 du Rooth, ne pas parler du Rooth. C’était comme ça, la franchise était construite là-dessus et Nick le savait bien. C’était pour cela que voir Ethan ici l’embêtait vachement. Un journaliste aurait de quoi écrire un journal de 500 pages rien qu’en puisant ses infos ici. Et Ethan Menken… Ethan Menken était du genre à vouloir faire ce genre de trucs. Alors qu’il se frayait un chemin entre les gens qui bougeaient sur la piste de danse, Nick songea à ce qu’il pouvait bien lui arriver si jamais son histoire était publiée dans la presse. Comment réagirait Tanya ? Ou même Max ? Et tous les gens qui tenaient un minimum à lui ? Non, cela n’annonçait rien de bon du tout. Les gros titres auraient tout juste le temps de mettre « L’ultime chute de la famille Rolland » que sa vie serait foutue. Déjà que, chaque jours, croiser son reflet était de moins en moins facile… Alors si en plus tout le monde était au courant... Non Nick, ne pense pas à ça. Un coup d’épaule le sortit de ses pensées. Il n’avait pas encore quitté la zone de danse, le terrain restait encore dangereux à celui qui ne faisait pas attention. S’excusant brièvement d’un signe de main, le jeune Rolland fini enfin à sortir d’ici et prit une grande bouffée d’air. Il n’y avait plus que quelques mètres avant l’espace des canapés et là…  Il pourrait attendre tranquillement qu’on vienne le rejoindre. Ce qui était bien avec cet endroit c’était qu’il restait dans l’ambiance de la boite mais tout en étant un peu plus au calme et loin du monde. Lui, il venait, passait au bar, traversait la piste et il se posait sur les canapés, attendant sagement qu’on vienne à lui. Et il comptait bien faire de même aujourd’hui… Sauf que. Sauf qu’Ethan Menken avait une autre idée en tête. Pas chiant du tout le gars. Il avait rattrapé Nick et voilà qu’il lui ressortait du Theodore à toutes les sauces. Nick serra les dents. S’il voulait l’avoir à la bonne il fallait qu’il arrête de l’appeler comme ça. Il voulait discuter qu’il disait. Pourquoi faire au juste ? Nick n’avait rien à lui dire et il n’avait aucune envie de passer du temps avec lui. « Non merci… » Nick avait parlé un peu bas, pas sûr que Ethan l’ait entendu du coup. Surtout que tout à coup, sans que le jeune Rolland s’en rende compte, le journaliste sortit un billet de sa poche. Nick eu un léger sourire. Aaah si il savait… Sans trop attendre, le jeune homme attrapa le billet et le déplia. 20 dollar. Certes ce n’était pas beaucoup mais si Ethan voulait vraiment qu’il parle, il serait peut être prêt à mettre plus… Surtout s’il est alcoolisé ! Et Nick, lui, avec un accès illimité au bar et aux boissons. « Ok ok. Si vous me prenez par les sentiments monsieur Menken… » Il avait changé de ton, prenant la voix charmeuse qu’il avait lorsqu’il était en compagnie de client. Après tout… Ethant payait, il était donc un client non ? « Mais je ne sais pas si 20 dollars vont suffire. Mes tarifs sont en haussent en ce moment ! » L’allusion fit ricaner intérieurement le Rolland, et cela le fit encore plus rire de se dire que Ethan, lui, ne comprendrait pas. Rangeant le billet dans sa poche, Nick vida son verre d’eau d’une traite et le posa sur une table qui traînait dans le coin. Puis il se tourna vers Ethan « Je propose qu’on aille sur les canapés du fond. Moins d’oreilles et moins de bruit surtout ! » Faisant un petit signe de tête, le Rolland se dirigea alors vers le lieu en question. C’était un grand canapé d’angle en velours rouge. Devant, une table basse en verre et deux lampes tamisées aux murs. Un endroit tranquille, intime, le coin préféré de Nick, parfait pour conclure n’importe quel typa d’affaire. Bien mieux que le coin VIP qui était là pour les gros manias de la grande ville. Ici, c’était beaucoup moins exposé et les gens n’y faisaient pas forcément attention. Parfait… Au moins comme ça je ne serais pas vu avec le journaliste…  
Nick s’installa aussitôt dans l’angle. Place idéale. Ethan ne pourrait se défiler en s’éloignant trop et en plus, il aurait vu sur la boite et obligerait son interlocuteur à se mettre légèrement de côté. Une fois installé, il étendit ses jambes sous la table basse et laissa Menken prendre lui aussi ses aises. Lorsque ce fut fait, Nick se pencha en avant « Bon parlons de John alors. Mais avant… Les 20 dollar ne vont pas suffir. Donc ce que je propose c’est que je nous fais apporter une bouteille de tequila et deux verres, vous me sortez un autre billet, et moi je répondrais à vos questions. » Voyant l’une des serveuses passer dans le coin, Nick lui fit un signe de s’approcher. « Oh et, s’il vous plait… Appelez-moi Nick ou Nickolas… Mais pas Theodore. »

_________________

- it's where my demons hide -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donuts
avatar

Inscription : 07/07/2013
Messages : 94
Occupation : Journaliste
Âge : 24 ans
Crédit(s) : dreams
Avatar : Skylar Astin
PLUS ?

Fiche
Quartier: Center
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Lun 9 Déc - 21:02





Tel est prit, qui croyait prendre… Sans mauvais jeu de mot !
Et je ne me m’étais pas trompé. Theodore empocha immédiatement le billet que je lui avait tendu. Toutefois, je ne m’attendais pas à sa remarque suivante. Il n’avait pas tant de liquide sur lui, il se doutait bien qu’il aurait à utiliser quelques pourboires afin de délier quelques langues mais il n’allait quand même pas se ruiner. Instinctivement, je vins tapoter mon portefeuille dans ma poche arrière, comme pour vérifier qu’il était toujours là. Le jeune Rolland était quelqu’un de bien après tout, quand je lui raconterais ce que je souhaite entendre, il me raconterait surement tout. Nous nous sommes donc dirigé vers un petit coin à l’écart de tout ce bruit. J’étais plutôt content de ça étant donné que le boom boom infernal commençait à me taper sur les systèmes. Le coin était plutôt sympa, à l’écart, pas trop exposé, un grand canapé d’angle en velours rouge, bien que ce dernier soit légèrement caricatural des bordels.
Theodore s’installa directement dans l’angle, je n’eu pas vraiment d’autre choix que de me mettre sur sa gauche. Lui faisant face à la salle, je fut obligé de m’installer de biais pour pouvoir le parler tranquillement. Je mettais toujours un point d’honneur à regarder les gens en face lorsque je leur parlais, j’avais toujours trouvé malpolie les gens qui avaient le regard trainant. Je bu une gorgée de mon verre, le vidant ainsi, avant d’ouvrir la bouche pour commencer mon interrogatoire. Mais, à ma grande surprise, le jeune Rolland prit les devant et m’exposa ses conditions. Une bouteille de Tequila, quelques billets en plus et il parlerait. Sans oublier, arrêter de l’appeler Theodore mais plutôt Nickolas ou Nick. Cela me surprit un peu. Theodore était pourtant un prénom plein d’histoire et plutôt prestigieux. J’aurais été fière de porter un prénom pareil. Mais soit, si cela le dérangeait, alors je l’appellerais Nickolas. « Va pour Nickolas alors. » Je déposai mon verre vide sur la table d’appoint avant de plonger ma main dans ma poche. Mes doigts rencontrèrent mon porte feuille que je retira avant de l’ouvrir. Heureusement pour moi, il me restait quelques petites coupures. Je pris 50 dollars que je tendis aussitôt vers Nickolas. Mais avant qu’il ne puisse s’en saisir, je reculai ma main. « Ceci n’est qu’un début. Si ce que tu me dis me satisfait, alors je payerais plus. » Mes billets se rapprochèrent de ses doigts. Je lui offris aussi un sourire rassurant. Je n’étais pas le méchant dans l’histoire ! John était celui de qui on devait se méfier. J’avais d’ailleurs de la peine pour Nickolas… Comment pouvait il travailler pour un homme pareil ?
C’est à ce moment que la serveuse arriva avec la bouteille et les deux verres. Je la remercia avec un petit signe de tête et à peine fut elle partit, j’ouvris la bouteille et remplit les deux verres. Nick était peut être mineur mais il avait tout de même le droit de boire un peu ! Je n’étais pas vieux jeux et surtout… Je ne pouvais pas boire tout seul ! « A la tienne Nickolas ! J’espère que notre collaboration sera fructueuse ! » et sans plus attendre, je vidai cul sec mon verre.

533 mots

Code RomieFeather



Eheh qui dit retour de HLF dit reprise de notre RP ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Religieuse
avatar

Inscription : 22/08/2013
Messages : 81
Occupation : Gigolo
Âge : 18 ans
Crédit(s) : dreamy
Avatar : Penn
PLUS ?

Fiche
Quartier: River Valey
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Mar 10 Déc - 14:08


- let go yourself -
Des fois tu crois que c'est pas là. Des fois tu penses que ce n'est pas ce que tu veux. Des fois tu penses que t'as le choix. Regardes moi. Tu crois que c'est un choix ? Eh bah oui. Parce que moi, je sais ce que je vaux et surtout... Je sais ce que je veux. - 1029

Finalement, Nick n’avait peut être pas totalement perdu sa soirée. Au début, en voyant que Ethan était là, et surtout qu’il le collait, il avait eu peur que cela gâche ses chances de trouver des clients. Ces dernier temps il se faisait pas mal de blé au Rooth, les gens de passage se faisaient de plus en plus nombreux et on faisait de plus en plus appel à lui. Ça aurait pu être tout bénef pour lui si John ne faisait pas partit de l’équation. Voyant qu’il y avait de plus en plus de monde tournant autour de son « protégé », le patron du Rooth avait décidé d’augmenter son pourcentage. Entre ça et le fait que sa mère lui réclamait toujours et encore plus de sous… Au final, le paquet de blé qu’il se faisait ne ressemblait plus qu’à un vulgaire pour boire. Mais bon… C’était déjà ça. Mais cela l’obligeait aussi à passer de plus en plus de temps ici, dans le quartier ouest, dans ce bar sordide, en compagnie de gens qui n’étaient pas forcément tous très sympathique. La fatigue se faisait de plus en plus grande et il ne savait pas combien de temps il allait encore tenir à ce rythme.
C’est alors que Ethan lui attira l’attention avec quelques billets. Rapide calcul de la part de Nick qui compta 50 dollars, autant dire pas grand chose. Mais c’était déjà ça, il tendit alors la main pour s’en saisir mais le journaliste feinta et lui expliqua que c’était une avance et que si Nick se montrait coopératif, alors il allongerait la monnaie. Nick prit le temps de réfléchir. Ce que lui proposait Menken était quelque chose de risquer. Il venait de se faire 60 dollars sans faire grand chose, soit même pas une heure de travail au Rooth habituellement. Mais pendant combien de temps ce petit jeu allait durer et jusqu’à combien Ethan était il prêt à payer ? Parce que bon, Nick voulait bien être sympa mais il était quand même censé travailler. Au final, il pouvait toujours accepter son offre et si jamais il se rendait compte qu’il perdait son temps, et son argent donc, il pourrait toujours mettre fin à ce pseudo contrat. Le jeune Rolland tendit alors les doigts et s’empara des billets qui filèrent rejoindre leur petit frère gagné plutôt. « Ça marche. Je vais essayer de vous renseigner au mieux alors ! » ce qui n’était pas totalement vrai. Le fait que Ethan Menken, journaliste le plus détesté de Little Falls, se mettait à trainer au Rooth était loin d’être bon. Encore plus si il posait des questions sur John Lewis. Nick n’était pas spécialement fan de son patron, il savait qu’il trempait dans des affaires pas net et qu’il n’était pas spécialement le mec le plus sympa de Little Falls. Mais ce n’était pas pour autant qu’il allait le balancer. John restait son boss. Un gars qui aurait pu le dénoncer à la police mais qui, à la place, lui offrait une certaine sécurité. Même si il lui prenait un pourcentage, avec lui, Nick avait plus de taff. Sans parler du fait que John était un de ses clients. Et ce n’était pas tout. Si Ethan faisait tomber John, Nick risquait de tomber avec lui. Si Menken fourrait son nez un peu trop loin dans l’histoire, il pouvait être sûr de trouver le véritable job de Nick et ne se gênerait pas pour raconter ça à tout le monde dans son torchon.
C’est à ce moment que la serveuse arriva avec la bouteille de tequila demandé. Ethan s’empressa de remplir les deux verres et d’en tendre un à Nick. Ce dernier le prit avec sourire et regarda le journaliste le vider d’une traite. C’est alors qu’une idée vint titiller les pensées du Rolland. Visiblement, Ethan n’avait aucune difficulté à vider des verres. Avec un peu de chance, le journaliste pourri qu’il était, devait être porté sur la boisson. Cela n’était pas étonnant du tout. Ethan avait carrément le look du mec qui se voulait propre sur lui mais qui avait toujours le coude prêt à se lever pour vider les bouteilles. Un large sourire se dessina sur les lèvres du jeune homme. Il bu une légère gorgée de tequila et se pencha en avant. Il avait totalement changé son comportement, alors qu’il la jouait amicale, quelques minutes auparavant, là, il était plus en modes séducteur. « Jolie descente. » Il bu une nouvelle gorgée. Il était hors de question pour lui de boire trop. Il avait besoin d’être le plus possible sobre et en possession de ses sens. Un petit verre de trop et hop, il risquait de dévoiler certaines choses et ça… C’était même pas envisageable. Prenant la bouteille, il resservit Ethan et fit mine de remplir le sien. Tout en faisant ça, il continua de faire la conversation histoire de capter l’attention du journaliste « Pour ce qui est de John, je ne sais pas trop ce que vous voulez savoir. En tout cas il reste très discret. » Il fit glisser le verre en direction d’Ethan et se réinstalla sur le canapé. « Vous savez que je me souviens parfaitement ce que vous nous avez dit sur le journaliste quand vous êtes venu à Roosevelt Hight ? C’était plutôt passionnant. » Comme tout les journalistes, Ethan devait aimer être flatter. Nick savait ce genre de choses, il était passé maître dans l’art de comprendre ce que voulaient les gens et comment leur donner. Il porta le verre à ses lèvres et mina de le boire. Puis il se re-pencha en avant et offrit un sourire à Ethan. « John me tuerait si il me voyait discuter avec vous ! » glisser une infos sur John, une flatterie, le laisser boire. A ce rythme là, il aurait Ethan dans sa poche en un rien de temps. Suffisait de voir après comment il réagirait et jusqu’où irait-il. « Ce ne serait peut être pas le seul... Votre copine approuve vos lieux de sortit ? Mon copain me tuerait moi si il savait où je bossais. » Sans parler de lui donner une sensation de confiance et de confidence.

_________________

- it's where my demons hide -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Donuts
avatar

Inscription : 07/07/2013
Messages : 94
Occupation : Journaliste
Âge : 24 ans
Crédit(s) : dreams
Avatar : Skylar Astin
PLUS ?

Fiche
Quartier: Center
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Mer 11 Déc - 12:58





Tel est prit, qui croyait prendre… Sans mauvais jeu de mot !
La tequila glissa le long de ma gorge et atterrit dans mon estomac. Un sensation de chaleur s’installa dans mon corps et je ne pu m’empêcher d’apprécier ça. Après tout, ce n’était pas parce que j’étais là pour le travail que je ne pouvais pas me détendre un peu. Je reposais mon verre sur la petite table et sourit lorsque Nick me complimenta sur ma descente. C’était vrai que j’avais de l’entraînement aussi… Il n’était pas rare que je me serve un petit verre le soir pour me donner un peu de courage et affronter mon travail. Je vis Nickolas prendre mon verre et le remplir de nouveau, soit, après tout nous étions là pour boire un peu aussi ! Tout en faisant cela il me parla de John, du moins il cita son nom et m’indiqua que c’était un homme très secret. Et ça, je le savais bien. Depuis le temps que j’enquêtais sur l’équipe John/Aaron… Je n’avais pas vraiment réussi à récupérer des infos concrètes. Puis, le jeune Rolland fit glisser mon verre vers moi et reprit ses aises sur le canapé. A ma grande surprise, il se mit à me parler de la journée des métiers au lycée. Je fus toucher de savoir qu’au moins un élève avait apprécié mon petit discoure… Cette journée avait été particulièrement longue, surtout lorsque j’avais fait mon speetch. Des regards haineux, moqueurs, endormis… J’avais eu l’impression d’être véritablement retourné dans mes années lycée et que je faisais un exposé sur le sujet le plus ennuyeux du monde… « Et moi qui pensais avoir fait un flop ! » tout en rigolant doucement, je vidais mon troisième verre. Je sentais que l’alcool me montait légèrement à la tête mais cela ne me posait pas de problème. Ce n’était pas comme si j’allais vider une bouteille en entier à moi tout seul ! Suffisait juste de faire attention.
La conversation revint sur John Lewis. Nickolas plaisanta sur le fait que son patron le tuerait si il le voyait parler avec moi. Vraiment ? Le fait que cela ne soit pas dit à la légère ne m’étonnerait même pas ! Je voyais bien Lewis zigouiller ses employés pour ne pas avoir fait ce qu’il attendait d’eux. La remarque me fit quand même rire intérieurement.
Nickolas continua sur le sujet en me posant une question sur ma copine. Aie. J’eu directement le visage de Rachel à l’esprit. Non, elle n’aurait pas appréciée du tout. Cet endroit était bien trop borderline, glauque et pervers pour elle. Mais il y avait autre chose qui me fit tiquer. Le Rolland avait donc un copain. Un copain. Il venait juste de m’avouer son homosexualité sans hésiter une seconde. Certes je ne connaissais pas bien Nick mais je ne m’étais jamais douté une seconde qu’il était de ce bord. Bien sûr, je respectais ça et je n’avais rien contre, mais le fait qu’il m’en parle ouvertement me fit plaisir. Il avait donc confiance en moi… Je lui offris un large sourire et saisi la bouteille pour me resservir. « Faisons en sorte que ni John, ni ton copain, ne trouve une raison pour te tuer alors ! » Je reposais la bouteille et portais mon verre à mes lèvres pour cette fois n’en boire qu’une simple gorgée. « Et je n’ai pas de copine donc je peux faire ce que je veux ! » Nouvelle gorgée accompagnée d’un petit rire. Je me sentais plutôt bien ici en fait. Nickolas était un partenaire de beuverie plutôt sympa et près avoir fait abstraction du bruit, on était plutôt bien installé ici. J’en oubliais presque ce pourquoi j’étais venu ici à la base. La soirée s’annonçait beaucoup plus cool que prévu et je décida de me laisser un peu aller. « Laissons John de côté quelques instant. Tu parlais de ton copain… T’as l’habitude de lui cacher des trucs comme ça ? » Sans trop savoir pourquoi, la vie de Nickolas m’intéressait. C’était un jeune homme qui semblait toujours en retrait par rapport aux autres, très mystérieux, n’étant pas du genre à se confier. C’était une énigme en quelque sorte et moi, j’aimais résoudre les énigmes. Ils avaient la nuit devant eux les histoires de Lewis et son pote Sander pouvaient bien attendre !


711 mots

Code RomieFeather


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Religieuse
avatar

Inscription : 22/08/2013
Messages : 81
Occupation : Gigolo
Âge : 18 ans
Crédit(s) : dreamy
Avatar : Penn
PLUS ?

Fiche
Quartier: River Valey
Relations:

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup... Jeu 12 Déc - 0:17


- let go yourself -
Des fois tu crois que c'est pas là. Des fois tu penses que ce n'est pas ce que tu veux. Des fois tu penses que t'as le choix. Regardes moi. Tu crois que c'est un choix ? Eh bah oui. Parce que moi, je sais ce que je vaux et surtout... Je sais ce que je veux. - 851

Nick avala une nouvelle (très) légère gorgée de Tequila et laissa Ethan répondre à sa dernière remarque. Et le journaliste avait parfaitement mordu à l’hameçon. Nick ne pouvait être plus réjouit. Manipuler les gens avait toujours été quelque chose qu’il appréciait faire. Avoir le contrôle sur les évènements, obtenir ce qu’il voulait sans que les autres s’en rendre compte… Totalement grisant. Et il était particulièrement content de voir que Ethan était en réalité une proie facile. Le journaliste qui se voulait forte tête et malin n’était en fait qu’un vulgaire pantin prêt à être dirigé. Et au fond, Nick ne pouvait s’empêcher de se demander ce que Ethan valait vraiment comme journaliste du coup. Nick n’était pas vraiment du genre à lire le journal et si il avait entendu parler d’Ethan c’était en parce que les gens en parlait au lycée ou dans les rues de Little Falls comme étant un homme plein d’ambition et qui menaçait l’adjoint au Maire. John lui en avait parlé aussi une fois. Il lui avait dit de s’en méfier, que jamais il ne devrait lui parler et encore moins de tout ce qu’il se passait ici. Alors oui, dans un sens il était en train de briser les règles que son « patron » lui avait imposé mais bon. Nick sentait qu’il pourrait se faire pas mal de thune sur ce coup là et avait sauté sur l’occasion, risque ou pas risque. De toute façon, John n’était pas là ce soir. C’était un de ces nombreux soirs où il était en vadrouille dehors pour le compte d’Aaron. Et puis de toute façon, jamais le Rolland n’avait l’intention de divulguer quoi que ce soit à ce sujet. Il se fichait bien que John trempe dans tel ou tel magouille. Tout ce qui l’importait c’était son fric.
C’est à ce moment qu’Ethan lui posa une question par rapport aux choses qu’il cachait à son copain. Si il savait. Un petit sourire amusé se dessina sur les lèvres de Nick qui se passa la main dans les cheveux avant de répondre. « Oh… Tu sais. » le tutoiement était venu presque tout seul. Nick était toujours dans l’optique de gagner la confiance d’Ethan pour le dépouiller plus rapidement. « Lui et moi on mène quand même une relation très ouverte. On ne s’arrête pas à l’étiquette du couple parfait. » Ce qui était à la fois vrai et faux. « Je vais même te dire… » Nick fit mine de regarder autour de lui avant de se rapprocher un peu du journaliste, il se glissa donc d’une place sur sa droite et se pencha en avant pour chuchoter quelque chose à son oreille. C’était une chose qu’il utilisait souvent lorsqu’il voulait charmer ses clients en manque de romance... Peut être que cela fonctionnerait avec Ethan… « Il m’arrive par fois de passer la nuit avec d’autres hommes. » Une fois sa phrase finie, Nick se redressa et s’installa correctement sur le canapé. Il resta tout de même à coté d’Ethan, la main négligemment posée sur l’accoudoir tout prêt de l’épaule de Menken. « Je suis jeune encore. Je verrais plus tard si j’ai envie de me la jouer relation exclusive. Je ne me prends pas trop la tête. » Il bu une nouvelle gorgée. Cela le faisait un peu rire intérieurement. Ce qu’il disait n’était qu’une vérité déguisée. Max n’était pas au courant de ses activités nocturne mais il lui laissait tout de même pas mal de liberté. Après tout, lui même se pavanait aux bras d’une lesbienne non assumée. Certes, c’était autre chose que la prostitution mais Nick préférait se dire que c’était à peu prêt égale sur le plan moral. « Et toi Ethan. Pas de copine, certes, un copain peut être ? Qu’est ce qui branche le journaliste le plus en vogue de Little Falls ? » Et encore une petite flatterie placée par là. Il ne tentait pas réellement de séduire Ethan. Il tâtait juste le terrain, observait ses réactions, ses faits et ses gestes. Voir si éventuellement, se payer ses services, pour les réelles raisons cette fois, pouvait être envisagé par Ethan. Après tout… Il ne semblait pas si hétéro que ça ou même pro catho anti gay ect… Et puis, Ethan n’était pas non plus obligé de savoir qu’il devait payer pour obtenir certaine choses de sa part. Nick pouvait toujours l’emmener dans sa chambre au dessus du Rooth, passer une petite nuit ensemble et une fois que le journaliste serait endormi, Nick n’aurait plus qu’à lui vider les poches et le tour serait jouer. Jamais Ethan ne porterait plainte. Jamais il n’avouerait avoir fait des choses avec un jeune homme mineur en échange d’un payement. C’était presque le crime parfait. Sans parler du fait que John ne serait jamais mit au courant et ce que toucherait Nick n’arriverait jamais dans ses poches.
A fur et à mesure que le plan se mettait en marche dans la tête du jeune brun, un sourire se peignit sur ses lèvres, il faudrait surement plus de tequila mais… C’était un plan tout à fait réalisable.


Lalala on a rien vu !

_________________

- it's where my demons hide -
I know these will all be stories someday. And our pictures will become old photographs. We'll all become somebody's mom or dad. But right now these moments are not stories. This is happening. I can see it. This one moment when you know you're not a sad story.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

PLUS ?

MessageSujet: Re: [Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup...

Revenir en haut Aller en bas

[Nickolas] Quand tout à coup...(tequila) PAF PAF PAF ! Le Loup...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vie et mort d'un colonel [FB 1615]
» Dean Davis - C'est quand tout semble parfait que tout part en vrille
» Le vent n'aurait-il pas forci tout à coup? Haru Yoichi
» Break-out : Quand tout vol en éclat... [Ouvert à tous les agents]
» [PV] Quand tout part en fumée. {Lyrad}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
Little Falls West
 :: La Bordure :: Le Rooth
-